Autocritique et affirmation de soi [Journal créatif]

Extrait du livre de Lucia Capacchione : The Creative Journal: The Art of Finding Yourself. Traduction Libellune.

Mon moi critique et mon moi plein d’assurance

Fermez les yeux et demandez-vous :

    • Quelles sont les critiques que je m’adresse ?

Écoutez ces petites voix dans votre tête qui entament votre estime de soi. Les messages que vous vous adressez en ce moment dans votre vie et qui vous disent que vous n’êtes pas à la hauteur, que vous êtes mauvais, indigne d’être aimé, etc. Prêtez attention à la façon destructrice dont vous vous blâmez et critiquez.

__________________________________________________

Comme dans l’exercice précédent, il s’agit ici d’un dialogue main droite/main gauche. Divisez la page verticalement en deux parties égales. Commencez dans la colonne qui est du côté de votre main dominante, la main avec laquelle vous écrivez. Intitulez cette colonne : autocritiques. Puis notez-y tous les messages de dénigrements que vous vous adressez en ce moment dans votre vie. Écrivez-les à la seconde personne du singulier, c’est-à-dire : « Tu es vraiment incompétent. Tu n’auras jamais ce job. » Ou : « Tu n’es pas bon. Tu ne mérites pas d’être heureux. » Ou encore : « Tu es stupide. Tu n’atteindras jamais ton but. »

____________________________________________________

Relisez vos autocritiques. Laissez vos sentiments s’exprimer en répondant dans la colonne vide, la colonne d’en face. Cette fois-ci, utilisez votre autre main, non dominante, pour faire ce dernier exercice.

___________________________________________________

___________________________________________________

  • Utilisations : c’est sans doute l’exercice le plus puissant de mes cours dédiés au journal, pour mes étudiants comme pour moi-même. C’est un outil extrêmement efficace pour faire face à la perception négative que l’on a de soi-même et développer une plus grande estime de soi. Pratiqué à plusieurs reprises, il peut vous aider à surmonter la haine de soi et les doutes sur votre valeur. Tout en vous aidant à construire une attitude d’assurance, d’affirmation de soi, face à la critique destructive intérieure et extérieure. Comme l’a dit Eleanor Roosevelt : « Personne ne peut m’infliger quoi que ce soit que je ne me fasse déjà”. En identifiant et en faisant face aux attaques venant de vous-même, contre votre estime de soi, vous vous entraînez à faire face aux critiques des autres. Ceci est votre terrain d’entraînement privé d’affirmation de soi. J’ai utilisé cet exercice de nombreuses fois au cours de l’écriture de ce livre et, bien sûr, cela a fonctionné. (Voir pages 92 & 93.)

Photo : https://www.pexels.com/@monstera

Nos croyances, notre philosophie de vie [Journal créatif]

J’ai traduit un nouvel exercice du journal créatif. Il fait partie de la deuxième série d’exercices intitulés : « qui je suis »  issus du livre de Lucia Capacchione : The Creative Journal: The Art of Finding Yourself. Avant de commencer, je vous rappelle quelques conseils de base dans cet article (suivre le lien).

Je crois… 2e partie

Fermez les yeux et demandez-vous :

    • Quelles sont mes croyances sur la vie en général ?
    • Quelle est ma philosophie de vie à l’heure actuelle ?

Méditez là-dessus. Accordez-vous tout le temps nécessaire pour y réfléchir..


Notez vos croyances, votre philosophie de vie personnelle basées sur vos expériences. Ensuite, relisez-vous. Puis comparez cela avec vos croyances à propos de vous-même de l’exercice précédent (Je crois… 1re partie). Quelles observations pouvez-vous faire ? Notez-les, si vous le souhaitez..



  • Utilisations : cet exercice a pour but de vous aider à approfondir votre système de croyances. Il peut mettre en évidence des conflits au sein de vos croyances qui peuvent conduire à une impasse. Par exemple, une étudiante m’a confié qu’elle avait été élevée dans la croyance selon laquelle les femmes qui réussissent leur carrière sont des créatures difficiles, manquant de féminité et solitaires (ancienne croyance). Pourtant, elle était talentueuse, elle avait le désir de poursuivre une carrière et la nécessité financière l’y poussait. Avec la conviction nouvelle que c’était un cheminement important pour sa croissance personnelle. Ses amies et le mouvement des femmes l’encourageaient à entreprendre une carrière professionnelle. Cependant, ses anciennes croyances à propos des femmes ambitieuses et solitaires continuaient de la hanter, remettant sans cesse en question ses objectifs de carrière, suscitant des doutes, nourrissant son manque de confiance en elle et sa peur d’échouer. Elle était entre deux feux : la peur de réussir et la peur d’échouer. Elle avait besoin de gérer ce dilemme avant de pouvoir avancer.

Photo : https://www.pexels.com/@monstera

Le parent critique et l’enfant intérieur

Extrait du bouquin de Lucia Capacchione : The Creative Journal: The Art of Finding Yourself. Traduction Libellune.

Le parent critique et l’enfant intérieur

Fermez les yeux et remontez dans vos souvenirs d’enfance et d’adolescence. Demandez-vous :

    • Quels sont les messages négatifs, critiques et dévalorisants, que j’ai reçus lorsque j’étais enfant et adolescent ?

Rappelez-vous des paroles que les adultes, parents, enseignants et autres figures d’autorité vous ont dites et qui ont entamé votre estime de soi. Quels messages vous ont fait vous sentir pas à la hauteur, bon à rien, indigne d’être aimé, mauvais et associés à la honte et à la culpabilité ? Rejouez ces messages dans votre esprit, tels que vous les aviez entendus, c’est-à-dire : « Tu es vraiment stupide. Ne peux-tu jamais rien faire de bien ? » ou « Tu es le gamin le plus désordonné au monde. Regarde ta chambre ! » ou encore « Gamin, tu es gauche et maladroit. Tu n’arriveras jamais à rien. »

_____________________________________________________

Divisez la page verticalement en deux parties égales.  Vous devrez écrire un dialogue en utilisant votre main droite et votre main gauche. Commencez dans la colonne qui est du côté de votre main dominante, la main avec laquelle vous écrivez. Intitulez cette colonne : critiques. Puis écrivez tous les messages de dénigrement tels que vous vous les rappelez, comme si vous étiez en train de transcrire un enregistrement (comme dans les exemples ci-dessous).

_____________________________________________________

À présent, relisez les messages désobligeants. Permettez-vous d’éprouver votre réaction instinctive à l’écoute de ces messages aujourd’hui. Puis, prenez un stylo ou un crayon dans votre autre main (non dominante, celle avec laquelle vous n’écrivez pas habituellement) et intitulez l’autre colonne : réponses.  Vous pouvez écrire normalement ou en capitales, selon votre préférence. Ensuite, répondez à chaque critique, en exprimant ce que vous ressentez maintenant, en lisant ces assertions. Répondez-y comme si vous le faisiez de vive voix. Utilisez votre main non dominante pour répondre.

_____________________________________________________

Sur une nouvelle page, en utilisant à nouveau votre main dominante, celle avec laquelle vous écrivez habituellement, exprimez ce que vous avez ressenti en créant ce dialogue main droite/main gauche, entre vos voix critiques de l’enfance, de l’adolescence et vous-même, tel que vous êtes aujourd’hui. Qu’avez-vous ressenti en entendant à nouveau ces critiques ? Qu’avez-vous ressenti en écrivant avec votre main non dominante ? Avez-vous réellement réussi à y répondre ? Si ce n’est pas le cas, qu’en est-il ?

_____________________________________________________

    • Utilisations : Cet exercice peut vous aider à remonter aux racines de vos sentiments de faible estime de soi et à y faire face. Cette perception négative que vous avez de vous-même, vous pouvez littéralement la déraciner. Commencez en libérant une partie de la colère et de la juste indignation que vous avez probablement ressenties lorsque vous étiez enfant ou adolescent, mais que vous n’avez pas pu exprimer à l’époque. En y répondant aujourd’hui, vous contrecarrez la nature destructive de ces voix critiques qui vivent en vous, comme de vieux enregistrements sur bandes magnétiques. Vous pouvez effacer ces vieilles cassettes en réenregistrant par dessus des messages pleins d’amour et constructifs pour vous-même, qui renforcent l’estime de soi et le pouvoir créatif. (Voir « Nurturing Myself exercise » – à traduire prochainement-, page 94).

Note : Cet exercice nécessite généralement d’être effectué plusieurs fois. Chaque perception négative de soi doit être traitée. Ces messages agissent sur votre estime de soi depuis des années, ils ne seront pas bannis du jour au lendemain. Toutefois, les bénéfices sont considérables. Cet exercice et le suivant (à traduire prochainement) sont les plus puissants que je connaisse pour surmonter les blocages créatifs.

Photo : https://unsplash.com/@paige_cody

Exercice du journal créatif : le diagramme, vie/temps

Avant d’entrer dans le vif de l’exercice, un petit rappel : chaque exercice est divisé en sous-sections séparées par des lignes noires. Je vous recommande de faire une sous-section à la fois, comme ceci :

  1. Lisez les instructions dans la première sous-section, arrêtez-vous à la ligne noire.
  2. Faites cette sous-section de l’exercice.
  3. Passez à la sous-section suivante, lisez-la, et suivez les instructions.
  4. Continuez ainsi pour chaque sous-section jusqu’à ce que vous ayez terminé l’exercice entier.

Vous pouvez aussi revenir au récapitulatif des traductions « avant de commencer le journal créatif » (le récap’ des exercices suivra bientôt) .

Time/life map

Extrait du livre : The Creative Journal : the Art of Finding Yourself, par Lucia Capacchione. Traduction & adaptation Libellune.

Imaginez votre semaine type (ou journée, ou semaine). Réfléchissez à toutes les activités ou à toutes les tâches que vous accomplissez, les rôles que vous jouez, les responsabilités que vous avez, les choses que vous aimez faire. Visualisez-vous dans tous les aspects de votre vie. Soyez conscient du temps et de l’importance que vous accordez à chacune de ces choses.

________________________________________

Maintenant, réalisez une carte ou un diagramme de votre vie. Dessinez une large forme sur une page, comme un cercle, un rectangle, un carré ou une forme libre. Divisez cette forme en sections de manière à représenter l’importance ou le laps de temps que vous accordez à chacun de ces aspects. Vous pouvez représenter ceci par la taille, la couleur et le dessin. Identifiez chaque section par un symbole, une couleur ou une image. Vous pouvez étiqueter chaque section d’un mot ou d’une phrase, si vous le souhaitez.

________________________________________

Examinez votre carte et demandez-vous :

  • Y a-t-il certains aspects de ma vie que je veux changer ?
  • Y en a-t-il que j’aimerais limiter ou supprimer complètement ?
  • Y a-t-il des choses manquantes que j’aimerais inclure dans ma vie ?

________________________________________

Faites une nouvelle carte d’une semaine (journée, mois), mais comme vous voudriez qu’elle soit, en y ajoutant toutes les choses que vous aimeriez faire ou expérimenter. Cette fois encore, faites en sorte que chaque section reflète l’importance que vous accordez réellement à l’aspect, l’activité, le rôle, etc., qu’elle représente.

________________________________________

Examinez les modifications que vous avez apportées à votre nouvelle carte. Réfléchissez à la façon dont vous mettrez en œuvre ces changements au cours de la semaine ou du mois à venir. Notez vos observations et intentions sur la page suivante de votre journal. Revenez dans une semaine environ pour voir vos progrès.

________________________________________

Variantes : Concentrez-vous sur un seul domaine de votre vie : horaires de travail, activités de loisirs, régime alimentaire et habitudes alimentaires, exercice physique. Faites-en une carte.

________________________________________

Utilisations : Cette carte indique comment vous établissez vos priorités et témoigne du fait que vous créez vos valeurs de vie et l’emploi de votre temps, que cela soit par choix conscient ou par défaut. A vous de décider.

Châle filé et tissé main de A à Z

Encore une fois, pour garder un souvenir de cet ouvrage, je publie ici quelques photos. J’ai teint une partie de la laine et des autres fibres animales. Puis j’ai cardé le tout : mérinos, rambouillet, falkland, polwarth, BFL, alpaga, bébé alpaga, suri, soie maulbère et j’en oublie… Et du chat (deux chats dodus en réalité et on reconnaît les parties en poil de chat : le gris le plus sombre) :) J’ai ajouté un peu d’angelina pour que ça brille ! Puis j’ai filé le tout sur mon rouet. Finement les fils destinés à la chaîne, un peu moins finement ceux destinés à la trame. J’obtiens ainsi l’aspect que je préfère.

Jouets tricotés : lutins, lapins et champignons

J’ai déjà posté sur les réseaux sociaux les photos des jouets que j’ai réalisés cet automne, mais pour en garder un souvenir un peu moins éphémère, je les publie ici aussi.

Et j’en profite aussi pour vous donner les références des modèles.

Une promo sur les livres Reiki et spiritualité de Christophe

Si vous ne connaissez pas les livres de Christophe sur le reiki et la spiritualité ou si vous ne les avez pas encore tous lus, c’est le moment d’en profiter.

Christophe (du site Reiki Dojo, les voies du reiki) propose jusqu’à ce soir, minuit, un lot qui contient tous ses livres au format électronique (PDF) pour seulement 29€, soit moins de 5€ par livre (au lieu de 107€69 au format papier). Cliquez sur le lien !

Ce lot contient :

  • Devenez maître reiki pour moins de 20€
  • Mes secrets de reiki
  • Devenez maître karuna pour moins de 12€
  • Reiki minimax
  • Spirituellement incorrect
  • L’almanach du bonheur

Livres dont j’ai réalisé les illustrations de couverture, mais vous le savez déjà ;o)

Rencontrer le petit peuple des bois

Hier, sous un magnifique soleil d’automne, mon chat à panachure blanche et moi sommes partis à la rencontre du petit peuple sylvestre. Cette année est fantastique pour les champignons. La pluie et les températures douces leur sont propices. Les champignons tapissent la forêt et c’est splendide.

Mon chat à panachure blanche, c’est lui. Mais vous le connaissez déjà si vous me suivez depuis longtemps.

Nous avons rencontré une mignonne petite limace mycophile.

Nous avons ensuite croisé des champignons poilus.

Et nous avons découvert une échelle de lutins :

Et puis, nous sommes carrément tombés sur des HLM à lutins…

Champimignons, d’autres photos

Voici d’autres photos de champimignons prises au fil de mes balades ces derniers jours…

[ngg src= »galleries » ids= »3″ exclusions= »41″ sortorder= »41,34,35,36,37,38,39,40,42,43,44,45,47,46″ display= »basic_thumbnail » override_thumbnail_settings= »1″ thumbnail_width= »480″ thumbnail_height= »320″ thumbnail_crop= »0″ images_per_page= »16″ number_of_columns= »1″]

Un modèle de chauffe-épaules tout simple

Quand j’ai tricoté le chauffe-épaules « fig big cowl » pour ma mère, j’ai eu l’idée toute bête de tricoter un « tube » à l’aide de mes aiguilles circulaires. Et je l’adore, car il est super pratique. Quand il pleut… Hop ! Je le mets sur la tête. J’utilise une broche/pince à cheveux pour le fermer si besoin. Et puis, rien ne vaut le confort et la chaleur de la laine et de l’alpaga.

Je trouve donc un peu pompeux d’appeler cela un modèle, mais comme mes amies me demandent les indications pour s’en tricoter un, les voici :

  • Avec 4 pelotes de laine « Andes » de chez Drops (aiguilles n° 9)
  • Des aiguilles circulaires n° 8,5 ou 9 (longueur de câble 76 cm hors aiguilles, j’utilise des Knit pro interchangeables).
  • Une aiguille à laine pour rentrer les fils.

Je monte 120 mailles (à adapter en fonction de votre taille, mais avec 120 mailles j’obtiens une largueur de 55 cm et une hauteur de 48 cm quand l’ouvrage est terminé et lavé) et je tricote les 4 pelotes.

Si vous avez tendance à tricoter serré comme moi, montez vos mailles sur des aiguilles 10. Tricotez le premier rang/tour, puis tricotez avec des aiguilles 8,5 (ou 9).

J’utilise la méthode du nœud magique pour les changements de pelotes. Même si le joint russe est peut-être une meilleure façon de procédé (moi, je n’aime pas du tout).

Quand vous parvenez à la fin de la quatrième pelote, évidemment réservez une bonne longueur de fil pour rabattre souplement vos mailles et rentrer le fil. Rien de plus désagréable de vous sentir ligoté par le dernier rang de mailles rabattues de façon beaucoup trop serrée. Et comme j’ai tendance à tricoter vraiment trop serré, pour rabattre les mailles j’utilise désormais cette méthode : https://knitspirit.net/2014/11/video-rabattre-les-mailles-souplement.html

Faites des tests, vous pouvez aussi choisir la méthode du début, pour monter les mailles, en employant des aiguilles d’un numéro supérieur. Mais pour moi, ça ne suffit pas quand il s’agit de col ou de chauffe-épaules.

Sachez qu’avec le tricot circulaire, on obtient un petit « décrochement » en fin d’ouvrage. C’est normal. Si vous voulez une terminaison bien propre, vous pouvez utiliser la méthode proposée par la joueuse de pelotes qui se pratique avec l’aiguille à laine. J’adore ses vidéos un peu kitsch et surtout ses explications parfaitement claires.