Rencontrer le petit peuple des bois

Hier, sous un magnifique soleil d’automne, mon chat à panachure blanche et moi sommes partis à la rencontre du petit peuple sylvestre. Cette année est fantastique pour les champignons. La pluie et les températures douces leur sont propices. Les champignons tapissent la forêt et c’est splendide.

Mon chat à panachure blanche, c’est lui. Mais vous le connaissez déjà si vous me suivez depuis longtemps.

Nous avons rencontré une mignonne petite limace mycophile.

Nous avons ensuite croisé des champignons poilus.

Et nous avons découvert une échelle de lutins :

Et puis, nous sommes carrément tombés sur des HLM à lutins…

Un modèle de chauffe-épaules tout simple

Quand j’ai tricoté le chauffe-épaules « fig big cowl » pour ma mère, j’ai eu l’idée toute bête de tricoter un « tube » à l’aide de mes aiguilles circulaires. Et je l’adore, car il est super pratique. Quand il pleut… Hop ! Je le mets sur la tête. J’utilise une broche/pince à cheveux pour le fermer si besoin. Et puis, rien ne vaut le confort et la chaleur de la laine et de l’alpaga.

Je trouve donc un peu pompeux d’appeler cela un modèle, mais comme mes amies me demandent les indications pour s’en tricoter un, les voici :

  • Avec 4 pelotes de laine « Andes » de chez Drops (aiguilles n° 9)
  • Des aiguilles circulaires n° 8,5 ou 9 (longueur de câble 76 cm hors aiguilles, j’utilise des Knit pro interchangeables).
  • Une aiguille à laine pour rentrer les fils.

Je monte 120 mailles (à adapter en fonction de votre taille, mais avec 120 mailles j’obtiens une largueur de 55 cm et une hauteur de 48 cm quand l’ouvrage est terminé et lavé) et je tricote les 4 pelotes.

Si vous avez tendance à tricoter serré comme moi, montez vos mailles sur des aiguilles 10. Tricotez le premier rang/tour, puis tricotez avec des aiguilles 8,5 (ou 9).

J’utilise la méthode du nœud magique pour les changements de pelotes. Même si le joint russe est peut-être une meilleure façon de procédé (moi, je n’aime pas du tout).

Quand vous parvenez à la fin de la quatrième pelote, évidemment réservez une bonne longueur de fil pour rabattre souplement vos mailles et rentrer le fil. Rien de plus désagréable de vous sentir ligoté par le dernier rang de mailles rabattues de façon beaucoup trop serrée. Et comme j’ai tendance à tricoter vraiment trop serré, pour rabattre les mailles j’utilise désormais cette méthode : https://knitspirit.net/2014/11/video-rabattre-les-mailles-souplement.html

Faites des tests, vous pouvez aussi choisir la méthode du début, pour monter les mailles, en employant des aiguilles d’un numéro supérieur. Mais pour moi, ça ne suffit pas quand il s’agit de col ou de chauffe-épaules.

Sachez qu’avec le tricot circulaire, on obtient un petit « décrochement » en fin d’ouvrage. C’est normal. Si vous voulez une terminaison bien propre, vous pouvez utiliser la méthode proposée par la joueuse de pelotes qui se pratique avec l’aiguille à laine. J’adore ses vidéos un peu kitsch et surtout ses explications parfaitement claires.

La forêt se pare de ses plus beaux atours

Voilà, on y est. C’est le meilleur moment de l’année pour aller se promener en forêt et converser avec les esprits joyeux qui l’habitent. Ma petite minette écailles de tortue, que l’on voit dans le fond de la quatrième photo, passe me chercher à la maison pour que nous nous baladions ensemble. Ainsi, nous crapahutons et observons le petit peuple très affairé en cette saison (tout comme au tout début du printemps, l’autre période de l’année que j’apprécie). C’est aussi le moment de grandes discussions, de ronrons et de câlins… Elle sur mes genoux, moi assise sur le tronc moussu d’un arbre tombé deux ans plus tôt. Voici donc un petit bout de notre paradis sylvestre.

Cliquez sur les images pour les agrandir et faire défiler la galerie.

Jouets tricotés, la suite…

Je continue de tricoter des jouets. Je n’ai pas beaucoup avancé ces derniers temps, car même si ce sont des objets de petites dimensions, c’est assez long à réaliser. Et puis, j’ai pas mal d’autres choses en cours à côté de ça.

J’ai utilisé deux modèles du livre de Susie Johns. J’adore ce bouquin, les explications sont claires, c’est bien pensé…

Une betterave et une carotte (géante, mais il y a une version plus petite que je referai bientôt).

Assez longue à réaliser, je pense que je n’en referai pas d’autres pour le moment. Le corps de la betterave se tricote sur aiguilles double pointe. Les feuilles sur deux aiguilles qu’il faut coudre ensuite et assembler.
Je l’ai tricotée avec une laine #5-6 et elle est clairement géante…

J’ai aussi réalisé des pommes de terre. Le modèle vient de ravelry. Je l’ai modifié pour faire une version de patate plus petite (et j’ai réussi… un petit level up !).

Il faut encore que je crée des yeux à la plus grande.

Je pense encore tricoter des poireaux et des navets… Puis faire des séries de chaque fruit et légume. A suivre, si ça vous intéresse !

Panier de fruits & légumes riches en fibres

Joyeux automne ! Qui dit automne, dit récoltes au potager et au verger. Et ces récoltes m’ont donné envie de recréer toute cette abondance au tricot. En prévision du Noël de mes petits neveux, je tricote donc des paniers de fruits et légumes. Ils aiment « jouer à la marchande », ça tombe bien. Je sais, je commence tôt, mais ils sont cinq tout de même. Voici les modèles que j’ai utilisés. Je les ai parfois adaptés. Tous les modèles dont je donne le lien sont gratuits.

Les modèles de la pomme et de la poire viennent du livre « 100 Little Knitted Projects » par Sarah Keen (tricot à plat avec couture). Pour réaliser la feuille sur la pomme, je me suis servi de ce modèle, je trouve celle du livre bien moins belle. J’ai utilisé le modèle du radis grand format du livre « Knitted Vegetables » par Susie Johns (tricot sur aiguilles double pointe).

Je suis en train de réaliser également des pommes de terre avec les deux pelotes taupe de la galerie et ce modèle gratuit trouvé sur Ravelry. Je ne le trouve pas super clair, mais pour l’instant je crois que je n’ai pas commis d’erreur. Je vous montrerai la suite au fur et à mesure de ma progression. C’est que mine de rien, ça prend beaucoup de temps de tricoter d’aussi petites choses !

L’automne, la saison créative

L’automne est déjà bel et bien là depuis une bonne semaine, avec sa fraicheur, sa lumière particulière et ses magnifiques petits champignons. C’est la merveilleuse saison des balades en forêt, c’est aussi le moment de l’année où je suis la plus prolifique créativement parlant. Je vous montrerais probablement deux ou trois trucs dans les semaines à venir.

Champignon amadouvier
Comme diraient les minions… Fesses :) (En réalité, il doit s’agir d’une vesse de loup.)

Sachet de lavande & maison en feutrine

En glandouillant sur Pinterest, je suis tombée sur ces jolies petites maisons brodées qui sont en réalité des sachets de lavande à glisser dans nos armoires, histoire de parfumer notre linge et faire fuir d’éventuelles mites maléfiques. J’ai donc suivi le lien de l’image pour arriver sur ce blog (coup de bol car c’est rare de remonter jusqu’à la publication originale avec Pinterest, on reste souvent sur notre faim… ça c’est le côté moisi de ce site). Julie de « sum of their stories.com » nous offre ainsi un tuto pour réaliser ces petits sachets tout simples mais vachement sympa.

J’ai modifié certaines choses. Par exemple, elle se sert d’un vieux pull, or j’ai choisi d’utiliser de la feutrine car vraiment facile à travailler et à broder. J’ai rajouté des perles pour plus de « bling-bling », des volets aux fenêtres et puis des clochettes de porte. Pour les fenêtres et portes, j’ai très vite préféré employer également de la feutrine plutôt que du tissu ou une simple broderie, je trouve que ça rend mieux. J’ai testé une version coutures à l’intérieur mais ce n’est pas la plus jolie (petite maison blanche tout en bas). Les triangles bêtement découpés dans du tissu pour les toits s’effilochent et je n’ai pas aimé. J’ai donc opté dans un premier temps pour un surfilage et finalement des ourlets. Enfin bref, j’ai bricolé…

J’ai ajouté de la tanaisie à ma lavande, c’est un mélange qu’on utilisait autrefois pour ses propriétés anti-mites… Et puis j’aime la tanaisie. Quand on en sème, on en a très vite plein le jardin, c’est joli et ça sent bon !

Je vous montre les petites maisons que j’ai cousues et brodées afin de les offrir à mes proches pour noël.

Voilà, lancez-vous, c’est très facile !

La pédagogie Steiner-Waldorf à la maison

Je ne saurais pas vous parler de la pédagogie Steiner-Waldorf à la maison, mais ça tombe bien car Monique le fait très bien dans son nouveau livre du même nom. Même si je ne suis pas directement concernée par l’école à la maison, n’étant pas maman, le sujet m’a toujours intéressé. L’éducation devrait concerner tout le monde pour des raisons évidentes. Cela fait des années que je suis le parcours de Monique et de ses filles sur son site web et les réseaux sociaux. J’ai toujours aimé apprendre et, enfant, j’ai détesté l’école que je trouvais brutale, irrespectueuse de nos individualités et de notre créativité. Bien que j’ai eu aussi la chance de rencontrer des professeurs généreux et passionnés, ils ont été assez peu nombreux pour compter sur les doigts d’une main et j’ai assez mal vécu ces années-là jusqu’aux études supérieures qui ont été une révélation. Plus autonome, on apprend à se débrouiller seul, on est libre et on apprend bien mieux. Et dès lors, je n’ai eu de cesse de rattraper ce temps perdu, d’apprendre librement, pleinement, sans contrainte pour le simple plaisir. J’aurais vraiment aimé pouvoir vivre cette expérience libre et joyeuse, proche de la terre et de ses saisons, dès ma petite enfance comme les filles de Monique, car elles semblent épanouies, créatives et sereines. Assurément, les meilleurs atouts pour leur vie d’adulte. Ce livre est sorti tout récemment et il est le fruit de longs mois de travail et d’années d’expérience.  Il est abondamment illustré et c’est un vrai plaisir de le parcourir. J’ai la chance d’y voir publier l’une de mes créations, un mouton en laine feutrée :)