Tissage, tricot, peinture et mobiles

Je n’ai pas seulement feutré des lutins ce mois-ci, j’ai aussi tissé et tricoté pour les bébés qui vont naître dans ma famille prochainement. J’ai également réalisé quelques mobiles. Là aussi, c’est quelque chose que je souhaite développer dans les semaines à venir. J’aime tellement peindre et créer ce genre d’objets poétiques !

Couverture bébé tissée main Couverture bébé tissée main

J’ai eu quelques soucis de chaîne avec la couverture améthyste, sa laine est vraiment belle mais tellement… sournoise aussi ;o))

chausson bébé

Si le modèle de ces petits chaussons vous plaît, je l’ai emprunté ici : http://www.happyhousewife.fr/2014/12/les-petits-chaussons-bebe-au-tricot/ j’ai juste augmenté le nombre de rangs pour pouvoir faire un petit revers.

Mobile hibou par LibelluneMobile "hibou" par Libellune

Merci à Kundry de m’avoir offert les supports en bois et les perles en céramique. Cela a tout de suite fait « tilt » entre eux et moi ! Ça faisait longtemps que je rêvais de fabriquer mes propres supports, ces cadeaux ont été le dernier coup de pouce pour me décider à sauter le pas !

Mobile "étoile" par Libellune

Une étoile pour nous guider vers nos idéaux les plus élevés, une étoile pour nous rappeler de toujours nous tourner vers notre propre lumière ! Bois peint, laine feutrée et perles en céramique.

Déco "arbre de noël" tricoté et feutré par Libellune

Bon, ce sapin ne paie pas de mine sur ces photos, mais je suis contente de son vrai rendu. Cela faisait longtemps qu’il me trottait dans la tête. J’ai donc tricoté un cône que j’ai garni de laine feutrée. Puis j’ai brodé des perles et des clochettes. L’étoile à sa cime est un bouton en bois.

Voilà, voilà. Une fois encore je partage mes réalisations parce que je sais qu’elles encouragent certains d’entre vous à créer à leur tour. Créer, ça donne des ailes, ça rend heureux, ça mène au vrai soi-même… C’est tout le mal que je souhaite voir fleurir dans notre monde !

Publié par

Libellune

La nature et l'art nourrissent mon corps, mon cœur et mon âme.

6 réflexions au sujet de « Tissage, tricot, peinture et mobiles »

  1. C’est magnifique ! Et aussi très inspirant. Tu as raisons, créer rend heureux et voir tout ce que tu fais est très encourageant pour moi qui suis beaucoup moins douée de mes papattes.

  2. Je suis très contente de savoir que cela t’encourage Strega. Je ne crois pas au « plus doué/moins doué que X, Y ». Je sais juste que chacun a sa propre façon de s’exprimer et que ce sont toutes ces mélodies différentes qui rendent le monde si beau <3

  3. Je suis d’accord, ce n’est pas vraiment une affaire de don mais de pratique et au final peu importe le résultat tant qu’on a appris quelque chose et/ou passé un moment agréable. Mais c’est difficile de se détacher de certains automatismes profondément enracinés. Quand j’étais petite, à l’âge où les enfants dessinent n’importe quoi et en sont très contents, on m’a rabaissée très souvent et même interdit de dessiner. J’en ai gardé ce réflexe de penser que je ne suis pas douée pour tout ce qui se rapproche de près ou de loin du domaine artistique. Je sais que c’est stupide et je lutte contre, mais ça ressort parfois dans mes actes ou mes paroles sans que j’y prenne garde.

  4. Ah mais c’est une plaie ! On me rapporte souvent ce genre de propos, entendus enfant. Mais l’interdiction de dessiner, c’est bien la première fois. La créativité effraie parce que trop sauvage (? J’ai bien d’autres idées là-dessus encore), et quand on ne parvient pas à l’étouffer, tout le monde essaie de la dompter. Plus le temps passe et plus je pense que c’est le pire traitement qu’on peut bien lui infliger, ça ne serait plus jamais vraiment elle, et donc jamais notre vrai « soi-même » qui pourrait se révéler. Je ne développe pas parce que j’en écrirais des pages sur ce sujet, concernant de près autant les « créatifs » professionnels que les autres. « Be brave », comme diraient les anglo-saxons, de toute façon nous n’avons pas le choix d’agir autrement.

  5. Dans mon cas, les institutrices « vieille école » et l’une d’elles en particulier, ont vraiment contribué à détruire l’élan créatif. Elle me disait fréquemment, d’un air dégoûté, que j’avais trop d’imagination. C’est tout un travail, même trente ans plus tard et en ayant beaucoup réfléchi sur le sujet, pour accepter à la fois ma créativité et ce qui en résulte.
    Elle n’a pas réussi à tuer mon imagination (gloire aux livres !), mais elle a fait pas mal de dégâts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *