Premières teintures : à pas feutrés

Le câble USB de mon appareil photo ayant rendu l’âme, j’ai pris les photos avec mon téléphone portable. Bref, elles sont pourries, les couleurs piquent un peu les yeux mais j’avais envie de partager mes premiers essais de teinture, malgré tout, sur ce blog.

C’est Ama qui m’a gentiment poussé dans la marmite aux couleurs, en m’offrant moult fibres douces, soyeuses ou à bouclettes et des teintures pour faire joujou.

Je me suis lancée et j’ai adoré.

Premières teintures, à pas feutrer. Ou, à ne pas feutrer (tout de suite), ça marche aussi :o).

Pendant le processus de coloration, j’avais peur de feutrer la laine en la manipulant. Ce qui a été un peu le cas « en surface », mais rien de bien méchant.

Je trouvais les rubans colorés du commerce déjà très beaux. J’hésitais donc à sauter le pas, et puis là, je me suis rendue compte combien c’était génialissime de travailler avec ses propres couleurs.

J’ai commencé à feutrer un dégradé de vert et de bleu… C’est magique. Le terme de « laine féérique » pour désigner la laine à feutrer prenait alors un nouveau sens pour moi. Hélas, mes photos étant super moisies, l’effet n’est pas rendu ici. A vrai dire, je ne suis pas sûre de réussir, même avec mon appareil habituel. Une question de matière et de lumière… Et de magie, vous dis-je !

Publié par

Libellune

La nature et l'art nourrissent mon corps, mon cœur et mon âme.

2 réflexions au sujet de « Premières teintures : à pas feutrés »

  1. Prendre en photo les teintures c’est un exercice très difficile et en général, le rendu en réel est toujours plus riche !
    En tout cas, c’est un plaisir de pousser dans la marmite quelqu’un d’aussi douée ! ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *