Peindre, comment dépasser ces moments où l’on résiste

life-paint-passion

J’ai déjà posté un extrait de Life, paint and Passion par Michele Cassou et Stewart Cubley. J’adore ce livre et régulièrement, je le sors de ma bibliothèque pour y piocher au hasard. Cet extrait est une fois encore très juste.

Traduction Libellune.

Diane était en retard pour la classe. Cela me surprit ; elle avait toujours été à l’heure et semblait désireuse de venir à l’atelier. Le groupe peignait depuis plus d’une heure lorsqu’elle arriva.

« Je me suis dit que je devais passer des coups de fil ce matin, » dit-elle. « Alors mon mari m’a demandé pourquoi je n’étais pas allée au cours de peinture, et j’ai réalisé que je résistais. Je ne comprends pas. Je suis toujours impatiente de peindre, mais maintenant je commence à douter de moi. Peut-être que la peinture n’est pas pour moi. Je ne crois pas vraiment que je devrais être ici. »

Diane était une thérapeute habituée à travailler avec des personnes qui passaient par différents problèmes de résistance. Pourtant, quelque chose s’était produit en elle qui ne lui permettait pas d’avoir un point de vue objectif. Elle se sentait perturbée et traduisait faussement cela comme une aversion pour la peinture.

« Que diriez-vous à l’un de vos patients dans une telle situation ? » Lui demandai-je tandis que nous accrochions sa peinture au mur. Elle me regarda avec un sourire timide et dit, « Rusée. »

Lorsque Diane regarda sa peinture inachevée représentant une grande femme de six pieds de haut, entourée de vignes et encore sans visage, des larmes lui montèrent aux yeux et se déversèrent avec émotion. Pendant quelques minutes, son corps fut secoué par de profonds sanglots.

« Je ne comprends pas pourquoi je me sens si triste. J’ai juste envie de peindre des tonnes de larmes noires en train de couler sur son visage, » dit-elle.

Tandis qu’une myriade de larmes noires s’écoulaient de son pinceau, ses propres pleurs s’apaisaient. Elle avait trouvé un moyen de faire le point et s’exprimer. Quelques minutes plus tard, elle ajoutait un autre morceau de papier et peignait aux pieds des mares noires de larmes, puis des mèches semblables à des tentacules jaunes s’élevant et entourant le corps de la femme. Je pouvais voir dans son regard que son état avait changé de façon spectaculaire.

« J’adore ce que je suis en train de peindre, » dit-elle, « Je ressens un tel soulagement et je ne sais pas pourquoi. Je suis tellement habituée à travailler avec les gens de manière verbale pour atteindre cela. C’est incroyable de découvrir que l’art peut être un outil aussi puissant sans jamais avoir à utiliser de mots. À présent, je ne veux plus m’arrêter de peindre ! »

C’est lorsque vous résistez le plus qu’il est important de peindre. La puissance de l’aversion signifie qu’il y a quelque chose juste en dessous de la surface, à peine déguisé, prêt à émerger. La résistance est un rappel pour sonder vos peurs et défenses intérieures.

Si vous vivez une expérience de résistance, demandez-vous : « qu’est-ce qui me tenterait le moins de peindre en ce moment même ? »

Publié par

Libellune

La nature et l'art nourrissent mon corps, mon cœur et mon âme.

3 réflexions au sujet de « Peindre, comment dépasser ces moments où l’on résiste »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *