Art journal, journal créatif & carnet de recherches

Quand on commence à lire les blogs d’artistes anglophones, des ouvrages d’art-thérapie et de développement personnel, les termes d’Art Journal (journal d’artiste en français) et de journal créatif surgissent. A priori, on se dit qu’il s’agit de la même chose : un carnet où l’artiste en nous peut s’exprimer et surtout faire de jolis dessins avec ses tripes/trips.

Eh bien, non, c’est plus compliqué. Je vais même en remettre une couche et rajouter un autre terme pour l’occasion : le carnet de recherches. J’étais en train d’écrire un article sur l’art journal quand je me suis dit que je devais clarifier les choses et parler de ma vision du schmilblick. Je vais tenter de faire ça simplement :

  • Journal Créatif : un journal intime quotidien qui a pour objectifs la découverte de soi par l’art et l’écriture, et plus précisément par l’art-thérapie et l’écriture créative ; de débloquer et développer la créativité ; l’épanouissement et l’accomplissement de soi. N’appartient pas spécifiquement à un artiste. N’est pas destiné à être montré à un quelconque public. Ben oui, c’est le principe du journal intime.
  • Carnet de Recherches : un carnet à dessin dans lequel l’artiste y note ses idées, griffonne des ébauches de projets, croque scènes, objets, personnes, animaux, réalise des études diverses et variées (corps, positions, atmosphère, etc.). C’est un outil de travail personnel, une sorte de brouillon / brainstorming. N’est donc pas spécialement destiné à être montré à un quelconque public.
  • Art Journal : Sûrement la même chose qu’un carnet de recherches au départ mais qui avec le net, les blogs (journaux intimes publics), la mode, est devenu autre. Je le perçois comme un faux carnet de recherches car ce qu’on y trouve est souvent abouti et destiné à être montré à un public. J’aurais tendance à le voir à mi-chemin entre le journal intime et le carnet de recherches, mais en réalité, il s’agit d’avantage d’un nouveau support (j’ose le dire même si la chose est plus complexe :o)) pour réaliser roughs, dessins et peintures. Très en vogue actuellement. J’ai peut-être l’air de dénigrer comme ça, alors que l’art journal, c’est le bien. Je développerai le sujet dans un prochain article.

[Un arbre de vie. Tiré de mon carnet maison, commencé la semaine passée.]

Le journal créatif d’Anne-Marie Jobin

J’ai parlé dans mon précédent billet du Journal Créatif d’Anne-Marie Jobin sans vraiment présenter ce livre (merci Kundry ;)). Je vais tenter de le faire en 5 points importants :

  1. Son auteur : Anne-Marie Jobin est une art-thérapeute québécoise. Elle anime des conférences et des ateliers d’art-thérapie et d’activités centrés sur la créativité. Elle explore les bienfaits du journal intime et du dessin depuis son adolescence. Puis, jeune adulte, en quête de « mieux-être », elle associe l’écriture au dessin. Plus tard, elle découvre le « creative journal » de Lucia Cappacchine et c’est une révélation pour elle. Elle entreprend une formation en art-thérapie. Elle se concentre alors sur l’art visuel, la force des symboles et le pouvoir thérapeutique des images, délaissant le journal créatif durant un temps. Puis au détour de la lecture d’un autre livre, Libérez votre créativité, de Julia Cameron, elle retourne à l’écriture. C’est à partir de là qu’elle développe les ateliers de journal créatif et écrit ce livre du même nom.
  2. Son domaine : Art-thérapie, développement personnel, créativité.
  3. Ses objectifs : débloquer et développer la créativité. Épanouissement, connaissance et accomplissement de soi.
  4. Son public : toute personne désireuse d’explorer son intériorité par le biais de médiums d’expression tels que l’écriture et le dessin.
  5. Ses méthodes : tenue d’un journal intime quotidien écrit et dessiné, techniques d’écritures, techniques de dessin, pensées positives, art positif, et surtout mélanges des techniques mot-image, travail avec la main non-dominante ; questionnement personnel et travail autour de la connaissance de soi, des émotions, du stress ; etc.

Le nouveau journal créatif est une nouvelle version, améliorée du journal créatif. Des techniques et des exercices y ont été ajoutés.

[Mandalas tirés de mon carnet/journal de recherches]

Un journal créatif

Mon arbre de vie. Peinture réalisée cet été dans le cadre du forum créatif Women's Art. Aquarelle et encres végétales maison. (Cliquez sur l'image pour l'agrandir.)

Au début de l’été dernier, j’ai retrouvé en faisant du tri dans mes placards « Le Journal Créatif  » d’Anne-Marie Jobin. Les avis très positifs que j’avais pu lire ici et là sur la toile m’avaient poussé à l’acheter quelques années plutôt. Et ce livre m’avait alors totalement horripilé. Je n’étais pas prête à faire le travail. Suite à cela, j’ai bien tenté de le troquer à plusieurs reprises mais tout ce qu’on me proposait en échange ne me convenait pas. Le livre ne semblait pas vouloir me quitter comme ça. Alors je l’ai oublié dans un coin, au fin fond d’un obscur placard. Lui savait, il avait tout son temps et attendait son heure.

Cet été, en le retrouvant par hasard, ce fut une révélation. Entre temps, j’avais mûri, acquis un peu d’humilité et de lucidité. J’avais également eu le temps d’expérimenter quelques techniques efficaces de guérison. Bref, j’étais prête à travailler sur mes blocages créatifs, et à vrai dire ceux qui se cachent derrière.

Je me suis acheté des carnets à dessin, des crayons de couleurs et des feutres bon marché. Puis je me suis lancée. Je devais apprendre à laisser émerger ce que je refusais de voir, sans m’attacher à une quelconque esthétique. Je ne devais pas peindre pour le regard des autres, ni franchement pour le mien. D’ailleurs, je n’ai rien montré, même pas à mon compagnon. Il s’agissait d’une histoire intime. Je l’ai explorée tout l’été, dans la forêt en gardant nos chèvres, dans la prairie sous la chaleur, à la maison bien au frais. Ce fut une expérience à la fois étrange et joyeuse.

Et surtout efficace. Je me suis remise à peindre. Cela tombait bien, c’était le but de départ.

L’automne arrivant, j’ai délaissé peu à peu mes carnets, puis ma peinture. A l’image de la nature, j’avais besoin de me reposer.

Lors d’un prochain billet, je pense parler des différentes techniques issues de ce livre.

Libérez votre créativité, semaine 1

Ishtar en cours de finition !

J’ai parlé récemment du livre de Julia Cameron « Libérez votre créativité ». J’ai commencé à le mettre en pratique et je suis agréablement surprise par les résultats de la première semaine. Je me suis sentie beaucoup plus active. J’ai entrepris ou terminé facilement quelques projets de peinture mais aussi de décoration et autres bricolages.

Je partagerai, au fur et à mesure, sur ce blog mon exploration de cette méthode. Ce sera une motivation de plus pour aller au bout des 12 semaines qu’elle nécessite.

Affirmations & Concentration

J’y retrouve beaucoup de ce que j’ai déjà pratiqué. Je pense notamment au Reiki et à ses affirmations positives qui sont en réalité une méthode de prière active, de reconnexion à l’énergie créatrice. Je pense également à certains principes et méthodes tirées de différents chamanismes (hawaïen notamment).

Les trois pages du matin

Les trois pages du matin ou l’exercice principal. Son avantage, c’est qu’il fait taire notre jacasserie mentale en l’évacuant, au lever, par écrit.

Bête comme tout n’est-ce pas ? Pourtant terriblement efficace.

Assiduité et Intention

A tel point que ce qui est censé se produire de « remuant » lors de la troisième semaine survient déjà en milieu de première semaine. Peut-être est-ce parce que ce sont des pratiques que j’expérimente depuis des années. La différence réside dans le fait que chaque méthode se focalise sur le même but de manière quotidienne : faire fleurir ma créativité et faire taire chaque jour ce que l’auteur appelle le « Censeur ». Un autre mot pour parler du « mauvais penchant » de la mystique juive, concept qui permet vraiment de déculpabiliser pour se prendre en charge tous les jours et comprendre son fonctionnement. C’est un sujet essentiel et une aide précieuse pour toute personne qui cherche à se réaliser. A approfondir parce que l’auteur ne le fait pas vraiment (du moins là où j’en suis dans ma lecture) avec ce fameux « Censeur ».

Et tourner son attention vers ce but précis a des répercutions sur de nombreux aspects de ma vie, pas seulement matériel. J’ai hâte de voir l’impact des 11 semaines restantes ;-) Parce que la clef de la réussite de cette méthode réside dans une pratique continue et assidue. Au même titre que tout autre travail spirituel de guérison en somme !

Bref, pour l’instant rien de neuf mais que du bon sens et surtout beaucoup de pratique.

Bilan de la semaine (bricolage mis à part :o)) : 6 peintures terminées, 1 autre en cours de finition, un cahier d’artiste en cours de réalisation !

Créativité, nous libérer de nos blocages

« Je n’ai jamais projeté de devenir professeur. J’étais seulement très en colère à l’idée de n’avoir pas eu de professeur moi-même. Pourquoi ai-je dû apprendre ce que j’ai appris comme je l’ai appris : par essais et par erreurs, en me cognant aux murs ? Nous, artistes on devrait nous apprendre davantage, ai-je pensé. Les raccourcis et les risques de la piste devraient être signalés. »

Extrait du livre de Julia Cameron, Libérez  votre créativité, éditions J’ai lu.

Je suis en train de lire « Libérez votre créativité » et j’aime ce que j’y trouve. J’ai hâte de commencer la partie pratique. Le premier exercice me fait beaucoup penser au journal créatif d’Anne-Marie Jobin. Et l’extrait ci-dessus m’a fait cogiter. Le système scolaire favorise la compétitivité et non l’épanouissement et la réalisation des élèves. Avant de penser à enseigner aux élèves la bonne méthode pour de les libérer de leurs blocages, peut-être pourrait-on commencer par ne pas créer ou favoriser ces derniers. Les erreurs et les échecs font partie du chemin de vie, ce sont eux qui permettent d’apprendre par soi-même et rien ne vaut l’expérience personnelle pour bien assimiler les choses. Nous ne devons pas fuir nos échecs car ils nous font grandir. C’est plutôt cela qui devrait être enseigné dans toutes les écoles, dès le plus jeune âge : ne pas avoir peur de nos erreurs et de nos ratés !

La peinture nous permet d’assimiler cela profondément. C’est d’ailleurs important de noter la date de réalisations de nos travaux. Avec le temps et le recul, notre évolution est frappante. Même à court termes, elle est nettement visible. Parfois, je m’amuse à réaliser des séries, ou variations sur un même thème, et je le fais sur plusieurs mois, avec des pauses plus ou moins longues. Les progrès sont toujours au rendez-vous et c’est une source de motivation !

Enfant, ma mère me disait souvent que seul celui qui ne fait rien, fait tout bien :o)

Les livres, une nouvelle catégorie

J’adore lire, même si je lis bien moins que lorsque j’étais ado. Depuis que nous avons quitté Paris pour la campagne, je renoue avec cette vieille passion et pas un jour ne passe sans que j’aille lire dans les bois… Car après tout, c’est bien le meilleur endroit pour s’adonner à cette activité :o)

J’aime les romans comme les manuels de botanique, mais je lis aussi des tas de livres sur la peinture : techniques, créativité, art thérapie, etc.

J’ouvre donc une nouvelle catégorie pour parler de ces lectures-là et partager mes « travaux pratiques » qui en découlent. Au menu prochainement : « le journal créatif » d’Anne-Marie Jobin.