Drapeaux de prière revisités

Je vous ai parlé dans mon article précédant des « drapeaux de prières » tibétains. J’ai revisité le concept, en gardant tout de même l’idée essentielle et les couleurs utilisées traditionnellement. Il me reste à réaliser un drapeau blanc et un autre, de couleur rouge.

Et voilà ce que ça donne, j’espère que vous aimerez :

Drapeau de prière dédié à Ishtar. Techniques mixtes sur coton apprêté. Dimensions : 13 x 13 cm environ. La prière est inscrite sur le verso.

Depuis quelques temps, je m’amuse à reprendre des sculptures anciennes et à les dessiner. Cette fois-ci, j’ai jeté mon dévolu sur « la Reine de la Nuit », une plaque d’argile cuite babylonienne représentant un aspect de la déesse Ishtar (1800-1750 avant JC).

Drapeau de prière à Asherah. Techniques mixtes sur coton apprêté. Dimensions : 13 x 13 cm environ.

D’ailleurs, j’ai repris l’image que j’avais déjà peinte et présentée dans l’article Enracinement. Je l’ai redessinée et j’ai écrit, en fond, une vieille prière dédiée à Asherah. Je l’ai trouvée sur le net anglophone. Je n’ai pas réussi à savoir son exacte provenance si ce n’est qu’elle a été découverte en Égypte sur une sépulture levantine.

Louée soit la Très Sainte,
Dame des Étoiles des Cieux,
Maitresse de tous les Dieux,
Puisse-t-Elle accorder la vie, le bien-être, la prospérité et la santé.
Puisses-tu m’accorder chaque jour le spectacle de ta beauté.

Drapeau de prière dédié à l’Homme Vert. Techniques mixtes sur coton apprêté. Dimensions : 13 x 13 cm environ.

Vous connaissez l’Homme Vert ou Greenman en anglais ? Il incarne le divin lié à la nature et à ses cycles. J’adore cette figure masculine. Elle est particulièrement palpable par ici, dans les bois, au printemps et en été !

Voilà, c’est tout pour le moment ! Je prendrai des photos de ma guirlande de drapeaux une fois que j’aurai terminé les deux derniers. Je ne sais pas trop encore ce que je vais représenter. Je vais réfléchir ! Si vous avez des suggestions, n’hésitez pas à m’en faire via le système de commentaires . Merci!

Drapeaux de Prière

Lung Ta (illustrateur inconnu ?)

Cela fait plusieurs années que je remets à plus tard la réalisation de drapeaux de prières. Je me suis finalement lancée dans l’aventure la semaine dernière. Mais avant de vous montrer mon travail, qui d’ailleurs n’est pas terminé, je voulais réunir ici quelques informations sur l’origine de ces drapeaux.

Pour cela, j’ai essentiellement pioché dans l’article anglophone de wikipédia sur le sujet. Je le traduirai peut-être entièrement très bientôt. J’espère qu’il n’est pas trop mauvais parce que je ne connais pas grand chose au Bouddhisme. Enfin, généralement, les articles wikipédia dans la langue de Shakespeare sont bien meilleurs et plus complets que les français. Si j’ai écrit des âneries, n’hésitez pas à me laisser un commentaire pour rectifier !

Les Drapeaux de Prière : leurs origines

Les drapeaux de prière sont issus à l’origine du bouddhisme tibétain, et peut-être même du Bön, un mélange de pratiques religieuses pré-bouddistes, de traditions animistes et chamaniques, et de croyances populaires, où des drapeaux aux couleurs primaires auraient été utilisés lors de cérémonies de guérison.

Petits Drapeaux et longues Bannières

Il existe deux types de drapeaux de prière :

– les Lung Ta (horizontaux) sont des carrés ou des rectangles de tissu sur lesquels sont imprimés des prières et souvent une image de cheval (lung ta) ou de divinités. Ils sont reliés entre eux par une ficelle, pour former une guirlande, puis suspendus en hauteur : au sommet des montagnes, des temples, des monastères et des stūpa.

– les Darchor (verticaux) sont de longues bannières de tissu. Elles sont accrochées à des mâts de 3 à 5 mètres de haut et plantées dans le sol, sur les montagnes, les cairns et les toitures.

Le Cheval de Vent, messager des dieux

Sur ces drapeaux sont donc imprimés des prières ou des mantras ainsi que des représentations de divinités ou du Lung Ta. Lung Ta signifie « cheval de vent ». Il s’agit d’une ancienne créature de la mythologie tibétaine qui porte sur sa scelle trois joyaux qui exaucent les vœux. Quand le vent se met à souffler, il emporte les prières imprimées dans les cieux et l’espace. Il flotte dans les airs et émet aussi des énergies de guérison.

Couleurs des drapeaux

Bleu, blanc, rouge, vert et jaune sont les 5 couleurs employées traditionnellement dans cet précis. Elles représentent les 5 éléments et apportent l’harmonie.

Exercice du Journal Créatif : comment je me sens en ce moment même ?

J’entame enfin la traduction de quelques exercices issus du second chapitre du livre de Lucia Capacchione : The Creative Journal: The Art of Finding Yourself. Je piocherai au fur et à mesure parmi ceux qui me semblent les plus essentiels.

Le premier exercice est une sorte d’échauffement par le gribouillis. Je devais faire des choix, j’ai donc décidé de le zapper.

J’ai préféré commencer par le suivant. Il est bien pensé et très utile. Sa mise en pratique est libératrice dans certains moments explosifs ! Je vous en avais déjà parlé dans un article précédant : comment je me sens ?

  • Où vous en êtes, d’où vous venez

Comme le titre ce chapitre le suggère, le premier groupe d’exercices se concentre sur votre présent et votre passé. Vous commencerez par l’exploration des sentiments dans le moment présent et ensuite ferez un retour en arrière pour une vision globale de votre vie entière jusqu’à aujourd’hui. Vous ferez un inventaire de ce qui est et vous envisagerez certains changements pour ce qui devrait être.

Ce deuxième chapitre a pour but de vous aider à :

  • vous détendre et à vous reconnecter à vous-même
  • explorer et à vous libérer des sentiments par le dessin et en écrivant à leur sujet
  • mieux comprendre ce qui se passe vraiment en vous-même
  • apprendre à clarifier et à exprimer vos sentiments plus facilement
  • mettre votre présent en perspective en le regardant dans le contexte de votre passé
  • apprendre ce qu’a l’histoire de votre vie à vous enseigner
  • décider des changements que vous désirez faire dans le futur immédiat
  • prendre des mesures et à mettre en œuvre ces changements

Comment je me sens en ce moment même ?

1. Tournez-vous vers l’intérieur et demandez-vous :

Comment je me sens en ce moment même ?

Fermez les yeux et méditez sur la question pendant un moment. Prêtez attention aux sensations physiques et aux ressentis émotionnels. Voyez s’il y a des images ou des mots qui vous viennent à l’esprit et qui expriment comment vous vous sentez en ce moment même.

2. Tandis que vos yeux sont clos, vous pouvez voir des images, des couleurs, des mots ou des symboles. Ou vous pouvez simplement ressentir des sensations physiques ou des émotions. Canalisez-les et extériorisez-les sous toute forme ou style : gribouillages, griffonnages, formes, textures, images ou mots.

3. Lorsque vous avez terminé, passez en revue ce que vous avez fait. Avez-vous eu des réactions ? Si c’est le cas, écrivez-les sur la page suivante de votre journal.

4. Utilisations : C’est peut-être l’exercice le plus basique et le plus souvent utilisé du Journal Créatif. Il est particulièrement utile lorsque vous éprouvez de très forts sentiments difficiles à comprendre. Vous pouvez mettre le doigt exactement sur ce que vous ressentez, puis examiner et clarifier ce que vous désirez faire de ces sentiments dans votre vie quotidienne. Cet exercice vous encourage à marquer une pause et réfléchir, pour libérer ou relâcher des sentiments, pour régler, pour clarifier et, peut-être, exprimer plus clairement où vous en êtes.

L’Art et la peinture, un rayon de soleil pour l’âme

Drapeau de prière à Asherah. Techniques mixtes sur coton apprêté. Dimensions : 13 x 13 cm environ.

Depuis quelques jours, le soleil brille dans un ciel limpide. Il fait beau et chaud. Les arbres ont enfin déployé toutes leurs feuilles. Les myosotis tapissent de bleu les prés alentours et les gaillets distillent leur parfum de miel. C’est déjà l’été !

À cette époque, je passe le plus clair de mon temps dehors, au jardin et dans les bois, avec nos animaux. Mais depuis une dizaine de jours, je suis bêtement coincée à la maison pour des petits problèmes de santé.

Dix jours, c’est long. Je ne veux pas céder à la déprime, alors je peins, je dessine, je tambouille. Les techniques mixtes sont un vrai bonheur. Je crois que le contact avec la matière est ce que je préfère dans la peinture, au même titre que faire naitre les couleurs.

J’avais déjà remarqué que peindre en hiver me permettait de ne pas me laisser happer par le blues de la fin de saison. Et cette mauvaise passe me le confirme. Je la traverse le cœur léger, mes douleurs s’estompent doucement mais sûrement et je me concentre spontanément sur les bonnes choses de ma vie.

La peinture est mon anti-dépresseur et mon remède naturel. Mieux, c’est un rayon de soleil pour l’âme qui la réchauffe, l’illumine et la nourrit !

L’une de mes lectures actuelles apporte peut-être une explication à ce phénomène. Rien de scientifique, que du spirituel :

« L’Art, lorsqu’il est inspiré par l’amour, conduit aux royaumes les plus hauts. Aimer l’art, et l’art ouvrira pour vous la porte de la vie intérieure. Quand vous peignez, vous oubliez tout à l’exception de votre sujet. Lorsque vous êtes trop absorbé par celui-ci, vous vous perdez en lui ; et quand vous êtes perdu en lui, votre égo diminue, l’Amour infini apparait ; et lorsque l’amour est créé, Dieu est atteint. Ainsi, vous voyez comment l’Art peut nous amener à trouver le Divin Infini. »

Meher Baba (1894-1969).

Le message d’Aradia

Le message d’Aradia. Techniques mixtes sur coton. Dimensions : 24 x 32 cm environ. Cliquez ici pour visionner un plus grand format.

Comme je suis bloquée à la maison depuis une semaine, et je ne sais pour combien d’autres encore, j’en profite pour expérimenter de nouvelles choses dont je vous parlerai dans un prochain article.

Cette peinture fait partie de ces expérimentations. Elle devait être l’une des doubles pages d’un de mes journaux en cours. J’avais prévu d’inscrire un petit bout de la poésie de Doreen Valiente (Ameth pour les intimes ;o)) sur l’immense pleine lune de la page de gauche.

J’ai trouvé mes tentatives maladroites, j’ai donc tout repris, j’ai passé l’image au scanner telle quelle puis j’ai laissé le soin de l’écriture à Monsieur Photoshop. Voici, ce que ça donne :

Cliquez ici pour visionner un plus grand format.

Finalement, je glisserai cette peinture sous verre et dans un joli cadre !

Journal Créatif : petit récap’ avant les exercices pratiques

Avant de piocher quelques exercices pratiques dans le fabuleux bouquin de Lucia Capacchione : The Creative Journal: The Art of Finding Yourself* pour les traduire, j’ai envie de faire un petit récapitulatif de toutes les consignes et tous les conseils donnés dans le premier chapitre !

  1. La naissance du Journal Créatif
  2. Tenir un journal créatif
  3. Les formes d’expression du journal créatif
  4. Utilisations du journal créatif
  5. Conseils pour la tenue du journal créatif
  6. Où tenir son journal créatif ?
  7. Tenir un journal créatif : à quel moment et à quelle fréquence ?
  8. Journal créatif : spontanéité.
  9. Journal créatif : honnêteté et intimité.
  10. Journal créatif : partage sélectif.
  11. Les fournitures du journal créatif.
  12. Vous relaxer avant d’utiliser votre « Journal Créatif ».

* Si vous aimez ce livre et souhaitez l’acquérir, vous pouvez passer par ce lien affilié. Cela me permettra d’acheter à mon tour de nouveaux livres à partager avec vous. Merci pour votre soutien ;-)

Gaia. Extrait de mon ‘journal d’artiste’. Techniques mixtes sur tissu apprêté. Format A5.

10 points à éviter pour ne pas devenir un artiste raté !

Trouvé sur le net anglophone et traduit rapidement. Comment devenir un artiste triste et misérable ? Facile ! Suivez le guide… Ou pas :

  1. Vous comparer constamment aux autres artistes.
  2. Parler de ce que vous faites à votre famille, et attendre d’elle des encouragements.
  3. Miser le succès de toute votre carrière sur un seul projet.
  4. Vous en tenir à ce que vous connaissez.
  5. Sous-évaluer vos compétences.
  6. Laisser l’argent dicter ce que vous faites.
  7. Céder face aux pressions sociales.
  8. Créer uniquement des œuvres que votre famille pourrait apprécier.
  9. Répondre à n’importe quelle demande de vos clients / galeristes / patrons / investisseurs.
  10. Vous fixer des objectifs inatteignables et écrasants à réaliser pour le lendemain.

Dessinez pour moins de 2 euros avec les craies de cire

Astarté Karnayim ou Astarté aux Deux Cornes. Improvisation sur bloc à dessin avec des craies de couleur bon marché.

Matériel utilisé :

  • Une boîte de 16 crayons à la cire, (achetée en supermarché). Moins de 2€.

Je poursuis l’écriture d’articles « peindre et dessiner pour pas cher » avec, cette fois-ci, les craies de cire pour enfant, que l’on appelle aussi crayons à la cire. Je suis sûre que vous savez de quoi je parle si je vous dis le mot magique : crayola !

J’ai dessiné avec ces craies sur mon bloc à dessin « Zap Book » (format A5, 320 pages) que j’ai payé 4€. Mais vous pouvez tout aussi bien, par exemple, faire de la récup de papier si vous bossez dans un bureau !

Rien de bien folichon et pourtant, le résultat est agréable. Les craies glissent bien sur le papier et donnent une matière intéressante. Je les trouve parfaite pour réaliser mes croquis de recherche.

J’avais peur d’être déçue comme avec les crayons de couleur pour enfants. Quand vous avez l’habitude d’utiliser des crayons de couleur pro, à la mine tendre et aux pigments profonds et lumineux, vous n’avez qu’une envie : balancer les autres par la fenêtre !

J’ai d’autres idées d’utilisation de ces craies de cire mais j’aimerai les expérimenter avant de vous en parler. Je le ferai probablement dans les semaines à venir !

Quels sont les obstacles qui vous empêchent de dessiner et de peindre ?

Je lis ou j’entends souvent autour de moi : « J’aimerais peindre mais je n’ai pas de talent ! Alors, je préfère m’abstenir. » Comme si ces disciplines étaient réservés uniquement aux enfants et aux artistes (certes, les artistes sont de grands enfants :-p).

À ces personnes, j’ai envie de poser la question : « Concrètement, quels sont les véritables problèmes que vous rencontrez et qui vous empêchent de dessiner et de peindre ? »

En cernant ces problèmes et blocages, les solutions peuvent émerger. C’est pourquoi, j’ai créé un sondage dans la deuxième colonne de ce blog (en haut). N’hésitez pas à y répondre et à commenter le présent article.

Ceci me permettra de réfléchir aux solutions envisageables puis de les partager dans de futurs articles !